Codes-barres enrichis

Transformer la codification des produits pour améliorer la traçabilité

Nos experts en Retail et Data accompagnent les enseignes de distribution pour enrichir les codes-barres des produits alimentaires en y ajoutant notamment la DLC/DDM ou encore le numéro de lot.

Pourquoi enrichir les codes-barres ?

Améliorez la traçabilité des produits sur toute la chaîne

Des produits suivis à la DLC et au lot près pour plus de sécurité

Engagez une transformation numérique pionnière 

Des données digitalisées pour une consommation fiable et durable

Les codes-barres, une technologie à moderniser

1974

Le premier produit doté d’un codes-barres est scanné en caisse dans l’Ohio

Le code-barres est une norme qui se répand dans les magasins en Europe dans les années 1970-80 pour identifier le produit, mais pas sa DLC/DDM ou son numéro de lot.

1980

Le codes-barres fait son apparition en France

C’est sur des galettes de Fouesnant qu’est apposé le premier codes-barres en France. Deux ans plus tard, le Carrefour d’Ivry est le premier magasin qui s’équipe avec du matériel capable de lire ces codes-barres.

1984

La loi oblige les industriels à indiquer les DLC sur les produits

Ce n’est qu’en 1984 que le choix de la date de péremption est régulé et harmonisé. Depuis les années 1970, les produits portent en effet une date de péremption mais celle-ci est définie au cas par cas, par l’industriel.

2011

Les médicaments sont dotés de codes-barres enrichis 

Une directive européenne impose la sérialisation des médicaments pour lutter contre la falsification des médicaments à usage humain. Un code unique authentifie et trace chaque médicament. La date de péremption est notamment encodée.

2018

Les pouvoirs publics recommandent d’enrichir les codes-barres sur les produits préemballés

Dans son rapport sur l’amélioration de l’efficacité des procédures de retraits-rappels, le Conseil National de la Consommation demande « d’accélérer les travaux visant à améliorer à terme la traçabilité des produits industriels préemballés par le déploiement des codes d’identification produits plus détaillés ». Le rapport fait suite au scandale sur les laits infantiles et la lysteria (affaire “Lactalis”).

2019

Les députés Guillaume Garot et Graziella Melchior proposent d’ajouter les DLC dans les codes-barres pour réduire le gaspillage

Dans l’évaluation de la loi sur l’anti-gaspillage n°2016-138, les rapporteurs recommandent l’intégration des « dates de consommation dans les codes-barres », pour lutter efficacement contre le gaspillage alimentaire en magasins et chez les particuliers.

2020

La Loi AGEC portée par Brune Poirson reprend des propositions suggérées par CodaBene et incite la filière à enrichir les codes-barres

“L’ambition de la loi est aussi une meilleure gestion des stocks afin de limiter le gaspillage qui en découle : la date limite de consommation, la date de durabilité minimale et le numéro de lot pourront être intégrés dans les codifications des produits. Cela permettra un meilleur traitement informatique des stocks. La mesure entrera en vigueur le 1er janvier 2022.”